UE 2.7.S4 – Défaillances organiques et processus dégénératifs
IFPS de Lorient (56)
Août 2018

 

Thème 1 : la SEP : sclérose en plaque (12,50 pts)

Question n°1 (2 pts) –  Définissez la SEP.

 

Question n°2 (2 pts) – Répondez par vrai ou faux :

  1. La SEP touche plus les hommes que les femmes
  2. La SEP est la quatrième cause de handicap sévère non traumatique chez la personne jeune
  3. La ponction lombaire n’a pas d’intérêt pour le diagnostic de la SEP
  4. La gaine de myéline est la couche protectrice entourant les fibres nerveuses de l’axone
  5. La SEP se caractérise par la destruction de la gaine de myéline
  6. L’atteinte de la faine de myéline perturbe la transmission des informations provenant du cerveau vers le reste de l’organisme
  7. Au début de la maladie, la dopamine rétablit la conduction électrique dans l’axone
  8. La poussée de SEP correspond à la démyélinisation en plaques de la substance grise
  9. L’IRM encéphalique et/ou médullaire détecte les plaques de démyélinisation
  10. L’hyperprotéinorachie est un élément en faveur du diagnostic de SEP

 

Question n°3 (3,5 pts) – Citez et expliquez les 3 grandes formes de SEP.

 

Question n°4 (2 pts) – Infirmier(e) à l’hôpital de jour de neurologie, vous accueillez ce jour Monsieur C, âgé de 40 ans, suivi dans le service pour le suivi de sa SEP diagnostiquée il y a 8 ans. Monsieur C présente une diplopie évocatrice d’une nouvelle poussée.

Les prescriptions sont les suivantes :

  • Cure de Solumédrol® (Méthylprednisolone) : 1 g en IV sur 3 H pendant 4 jours
  • Régime sans sucre
  • Contrôle de la glycémie capillaire le matin et le soir.

Citez 4 des principaux intérêts de la cure de Solumédrol® dans ce contexte ?

Quel est l’intérêt principal du contrôle de la glycémie capillaire et du régime sans sucre ?

 

Question n°5 (3 pts) – Signes et symptômes révélateurs de la SEP. Répondez par vrai ou faux :

  1. Trouble de la marche
  2. Aphasie
  3. Tremblements
  4. Troubles de l’équilibre
  5. Hémiplégie
  6. Paresthésies
  7. Dyspnée
  8. Diplopie
  9. Tachycardie
  10. Troubles sphinctériens
  11. Freezing
  12. Troubles cognitifs

 

Thème 2 : diabète de type 2 (7,5 pts)

Question n°6 (0,5 pt) – Citer les 2 critères sur lesquels repose le diagnostic du diabète (Américain Diabets association, 1998).

 

Question n°7 (2 pts) – Diabète de type 2. Répondez par vrai ou faux :

  1. Le diabète de type 2 touche principalement les très jeunes adultes
  2. Le diabète de type 2 est une complication du diabète de type 1
  3. Le diabète de type 2 est non insulinodépendant
  4. Le diabète de type 2 touche les personnes obèses ou en surpoids
  5. L’insulino-résistance consiste en une libération exagérée de glucagon contre lequel l’insuline résiste
  6. L’insulinorésistance est favorisée par la présence de tissus adipeux au niveau abdominal
  7. Seuls les anti-diabétiques oraux constituent la stratégie thérapeutique
  8. La complication aiguë du diabète de type 2 est le coma hyperosmolaire

 

Question n°8 (0,5 pt) – Au-delà d’un certain taux de glycémie, le glucose est éliminé par le rein, c’est ce qu’on appelle le seuil rénal. A partir de quel seuil observe-t-on une glycosurie ?

 

Question n°9 (1 pt) – Une des complications du diabète est la rétinopathie. Citez l’examen permettant de la dépister.

 

Question n°10 (1 pt) – Citez les trois axes de la prise en charge thérapeutique d’une personne présentant un diabète de type 2.

 

Question n°11 (2,5 pts) – Infirmier(e) libéral(e), vous accueillez dans votre cabinet Madame D pour son prélèvement sanguin. Madame D est diabétique de type 2. La découverte de sa maladie est récente. Madame D vit en Alsace et réside depuis début juin dans la Ville de LP en bordure de mer où elle vient d’acheter un appartement. Lors de l’échange avec Madame D, vous comprenez qu’elle apprécie les bains de mer, la pêche à pied, les ballades sur le littoral. Au cours de la discussion, vous en arrivez à évoquer la complication du diabète appelée « mal perforant plantaire ».

Vous prenez le temps d’examiner les pieds de Madame D et ne remarquez rien d’anormal. Vous évaluez les connaissances de Madame D portant sur la prévention du « mal perforant plantaire ». Madame D connait et semble appliquer les mesures de prévention portant sur l’hygiène et l’entretien des pieds. Par contre, elle ne connait pas celles concernant les situations à risque et le chaussage.

Citez 6 mesures ou conseils à donner à madame D portant sur les situations à risque et le chaussage. 

 


Source: IFPS de Lorient