Médicaments

Célocurine® (Suxaméthonium, Succinylcholine)


 

I. Mécanisme d’action et propriétés

Célocurine® (Suxaméthonium, Succinylcholine) est un curare dépolarisant non compétitif. C’est un myorelaxant d’action périphérique permettant un relâchement musculaire de courte durée. 

 

Contient 2 molécules d’acétylcholine.

 

Mode d’action : fixation au niveau des récepteurs cholinergiques situés sur la plaque motrice. Elle reste active pendant plusieurs minutes au niveau de la fente synaptique, cela va provoquer l’ouverture des récepteurs cholinergiques nicotiniques situés sur la plaque motrice. Cette dépolarisation maintenue va être responsable de l’inactivité des canaux sodiques de la fibre musculaire. 

 

Neuromusculaire

  • Blocage de la transmission neuromusculaire par dépolarisation de la membrane post-synaptique
  • Après une courte période de fasciculation (20-30 sec), apparition du bloc neuromusculaire

 

Cardiovasculaire

  • Bradycardie sinusale, surtout chez l’enfant
  • Rythme jonctionnel
  • Arythmie ventriculaire
  • Dépression myocardique
  • Augmentation du débit cardiaque lors des fasciculations

 

Pulmonaire

  • Paralysie des muscles respiratoires
  • Bronchospasme possible

 

Pharmacocinétique 

  • Délai d’action : 1 à 1,5 minute
  • Durée d’action : 6 à 12 minutes
  • Métabolisme : par les pseudocholinestérases plasmatiques au niveau de la fente synaptique neuromusculaire
  • Élimination : rénale

 

 

II. Présentation

Célocurine® (Suxaméthonium) se présente sous forme d’ampoules injectables de 100 mg dans 2 ml (50mg/ml)

 

 

III. Indications

Les indications sont : 

  • Intubation estomac plein (induction séquence rapide)
  • Intubation difficile
  • Sismothérapie
  • Actes brefs en chirurgie programmée (non recommandé par la SFAR depuis 2018)

 

 

IV. Contre-indications

Les contre-indications absolues sont :

  • Hypersensibilité connue au produit ou aux curares
  • Antécédent personnel ou familial d’hyperthermie maligne 
  • Maladies neuromusculaires, myopathies
  • Déficit congénital ou acquis en pseudocholinestérases
  • Hyperkaliémie ou maladies exposant à une fuite potassique (ex : brûlures étendues, traumatisme musculaire grave, paraplégie ou hémiplégie dans la phase subaiguë, syndrome de dénervation, tétanos …)
  • Absence de matériel de réanimation

 

Les contre-indications relatives sont :

  • Terrain atopique
  • Troubles du rythme, insuffisance cardiaque
  • Chirurgie du globe oculaire ouvert

 

 

V. Effets indésirables

Les effets indésirables sont :

  • Augmentation de la kaliémie
  • Bradycardie, tachycardie, troubles du rythme
  • Hypotension artérielle
  • Augmentation transitoire : pression intracrânienne, pression intraoculaire, pression intragastrique (se normalise en quelques minutes)
  • Troubles musculaires : douleurs musculaires, fasciculations, spasmes des masséters
  • Douleurs musculaires post-opératoires

 

Plus rare :

  • Réaction anaphylactique 
  • Curarisation prolongée en cas de déficit en pseudocholinestérase
  • Hyperthermie maligne

 

 

VI. Administration

Administration intraveineuse

  • Conservation des ampoules au réfrigérateur
  • Dilution possible avec du NaCl 0,9%, du G5% ou de l’EPPI dans une seringue de 10ml pour obtenir 10mg/ml (d’autres dilutions sont possibles notamment en pédiatrie)

 

 

VII. Interactions médicamenteuses

Potentialisation par : anticholinestérasiques, anesthésiques volatiles halogénés, anesthésiques locaux, certains antibiotiques, magnésium, lithium, ocytociques.

 

Potentialisation également par l’hypothermie.

 

 

VIII. Posologie

3 ans et adulte : 1 mg/kg

1 mois – 3 ans : 1,5 à 2 mg/kg

Nouveau-né – 1 mois : 2 mg/kg

 

 


Pour résumer ..

 


Télécharger la fiche en pdf           Quizz


Sourcesurgences-serveur.fr / Pharmacologie en anesthésie réanimation à l’usage des IADE, Véronique Théveneau, Hakim Kechiche, 2017, Lamarre / 360 medics / Les produits de l’anesthésie, Xavier Sauvageon, Arnette / sofia.medicalistes.fr / sfar.org / Cours école d’IADE

 

Mis à jour le 19/07/2020