Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)2019-06-16T15:36:15+02:00

Médicaments

Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)


 

I. Mécanisme d’action et propriétés

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens permettent de lutter contre le processus inflammatoire de nombreuses affections. 

 

Les AINS inhibent la synthèse de prostaglandines par les cyclo-oxygénases (Cox) 1 et 2.

 

Les propriétés des AINS sont les suivantes:

– Anti-inflammatoires

– Analgésiques

– Antipyrétiques

– Antiagrégant plaquettaire

 

 

II. Noms des médicaments

Acide acétylsalicylique (Aspirine®, Aspegic®, Salipran®)

Diclofénac (Voltarène®)

Kétoprofène (Profénid®)

Ibuprofène (Advil®, Spifen®, Nurofen®, Nureflex®)

Piroxicam (Feldene®)

Acide tiaprofénique (Surgam®)

Naproxène (Apranax®)

Acide niflumique (Nifluril®, Niflugel®)

Indométacine (Indocid®)

Célécoxib (Célébrex®)

 

 

III. Indications

Douleur, fièvre, inflammation

Traumatologie, chirurgie orthopédique, ORL, stomatologie

Rhumatismes inflammatoires chroniques (arthrose, polyarthrite rhumatoïde)

Tendinites, lombalgies, goutte

Laryngite, sinusite

Dysménorrhée

Colique néphrétique

 

L’acide acétylsalicylique à faible dose a également une AMM comme antiagrégant plaquettaire

 

 

IV. Contre-indications

Ulcère gastroduodénal

Asthme, bronchospasme

Grossesse au 1er et 3e trimestre

Insuffisance cardiaque, rénale ou hépatique sévère

 

 

V. Effets indésirables

Digestif : nausées, vomissements, brûlures d’estomac, diarrhée, constipation, risque d’ulcère gastrique

Cardiovasculaire : hypertension artérielle

Rénal : néphrotoxicité, insuffisance rénale fonctionnelle

Nerveux : étourdissements, somnolence, confusion, difficultés de concentration, acouphènes

Respiratoire: spasme bronchique

Hématologie : risque hémorragique, diminution des défenses immunitaires, thrombopénie, agranulocytose

Réactions allergiques

 

 

VI. Interactions médicamenteuses

Il existe de nombreuses interactions médicamenteuses avec les AINS comme : le Méthotrexate, les corticoïdes, les anti vitamines K, les héparines ou encore les autres AINS. 

 

 

VII. Administration et surveillance

Administration

– Privilégier les traitements de courte durée

– Association à un protecteur gastrique (inhibiteur de la pompe à protons) si antécédent d’ulcère gastroduodénal, si traitement prolongé ou si âge > 65 ans

– Administration en 2 à 3 fois par jour

– Pour la voie orale, prendre le traitement au cours du repas

 

Surveillance

– Évaluer l’efficacité du traitement : diminution de l’inflammation, de la douleur ou de la fièvre

– Surveiller l’apparition des effets indésirables notamment les douleurs gastriques et les troubles digestifs

– Surveiller la fonction rénale (diurèse et ionogramme)

 

 


Pour résumer ..

 


Télécharger la fiche en pdf           Quizz


Sources: Mémo-guide infirmier, UE 2.1 à 2.11, Sciences biologiques et médicales, Pascal Hallouët, 2017, Elsevier Masson / Méga guide pharmaco infirmier, Laurent Chouchana, 2016,  Elsevier Masson / Pathologies et thérapeutiques en soins infirmiers, Kim Quintero Y Perez, 2018, Elsevier Masson

 

Mis à jour le 14/06/2019