UE 2.9 – Processus tumoraux

Cancer du sein


 

I. Définition

Le cancer du sein est le premier cancer chez la femme ; il atteint une femme sur neuf. C’est la première cause de décès par cancer chez la femme.

 

Il est aussi possible chez l’homme, mais il reste rare (1% du nombre total de cancer du sein).

 

C’est un cancer hormonodépendant.

 

 

II. Physiopathologie

Un cancer du sein résulte d’un dérèglement de certaines cellules qui se multiplient et forment le plus souvent une masse appelée tumeur.

Les cellules cancéreuses peuvent rester dans le sein ou se propager dans d’autres organes (métastases). 

 

Environ 35 ganglions lymphatiques autour de chaque sein (aisselles) produisent la lymphe circulant dans les vaisseaux lymphatiques, transportant en cas de cancer du sein, des cellules cancéreuses envahissant les tissus lymphatiques.

 

Il existe différentes formes anatomopathologiques :

  • Carcinome in situ : n’a pas franchi la membrane basale, pas de métastases possibles
  • Carcinomes infiltrants : envahit le tissu mammaire avoisinant, peut se métastaser
  • Carcinomes inflammatoires : adénocarcinomes de mauvais pronostic associés à des phénomènes inflammatoires
  • Maladie de Paget du mamelon : aspect eczématiforme du mamelon, cellules cancéreuses dans et autour du mamelon
  • Sarcome mammaire : rare, naissance au niveau du tissu conjonctif mammaire

 

 

III. Facteurs de risque

Antécédents chez la mère et/ou la soeur de cancer du sein

Antécédents personnels de cancer de l’ovaire ou de l’endomètre

Mutations génétiques : BRCA 1, BRCA 2

Puberté précoce

Ménopause tardive (> 55 ans)

Nulliparité

Première grossesse tardive (> 35 ans)

Absence d’allaitement

Obésité

 

 

IV. Signes

En général asymptomatique, la patiente vient consulter pour la découverte d’un nodule dans le sein. 

 

Examen clinique systématique à chaque consultation, pour chercher :

  • Nodules
  • Adénopathies axillaires et sus-claviculaires
  • Rides, plissements, rougeurs, dépressions de la peau
  • Modification de la circulation sous-cutanée
  • Mamelon : rétraction, écoulement, aspect framboisé eczématiforme

 

 

V. Examens complémentaires

Dépistage

  • Palpation par le médecin ou autopalpation
  • Mammographie tous les 2 ans entre 50 et 74 ans
  • Dépistage plus précoce en cas de facteurs de risque.

 

Mammographie bilatérale

Échographie mammaire

Biopsies selon la classification de la mammographie

Cytoponction à l’aiguille

 

Bilan d’extension :

  • Scintigraphie osseuse voire PET-scan
  • IRM mammaire
  • Radiographie pulmonaire
  • Bilan hépatique
  • Échographie hépatique
  • Dosage des marqueurs tumoraux CA 15-3 et ACE
  • +/- scanner thoracoabdominal, scanner cérébral 

 

 

VI. Classification mammographie ACR

ACR 1 : mammographie normale, aucune anomalie

ACR 2 : anomalies bénignes ne nécessitant ni surveillance ni examen complémentaire

ACR 3 : anomalies probablement bénignes mais nécessitant un contrôle (surveillance à court terme conseillée)

ACR 4 : anomalies indéterminées ou suspectes nécessitant une vérification histologique (biopsie)

ACR 5 : anomalies évocatrices d’un cancer

ACR 6 : cancer prouvé par l’examen histologique

 

 

VII. Classification TNM

Taille de la tumeur

  • T0 : tumeur non palpable
  • Tis : carcinome in situ
  • T1 : inférieure ou égale à 2 cm
  • T2 : inférieure ou égale à 5 cm
  • T3 : supérieure à 5 cm
  • T4 : extension à la paroi thoracique et/ou à la peau ; tumeurs inflammatoires

 

Adénopathies

  • N0 : pas de ganglions palpables
  • N1 : adénopathies axillaires homolatérales mobiles
  • N2 : adénopathies axillaires homolatérales fixées
  • N3 : adénopathies dans une autre aire ganglionnaire

 

Métastases

  • M0 : pas de métastases
  • M1 : métastases (adénopathies sus-claviculaires incluses)

 

 

VIII. Évolution et pronostic

Le cancer du sein est responsable de 19% des décès par cancer. Les formes précoces diagnostiquées par la mammographie sont de bon pronostic.

 

Survie globale : 65% à 5 ans, 50% à 10 ans

 

 

IX. Traitements

La discussion de la stratégie se fait en réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP).

 

Chirurgie selon la taille de la tumeur

  • Tumeur < 3 cm : tumorectomie (possible repérage préopératoire en radiologie)
  • Tumeur > 3 cm ou bifocale : mastectomie

 

Exploration du creux axillaire : ganglion sentinelle : prélèvement du premier ganglion de la chaîne après repérage avec bleu patenté et isotope radioactif pour les patientes avec tumeur < 2 cm, non médiane et sans antécédent de chirurgie du sein. Si l’examen extemporané est positif (présence de métastases), il faut réaliser un curage axillaire complet.

 

Radiothérapie en complément de la chirurgie ou pour freiner l’évolution de la tumeur dans les cancers métastatiques

 

Chimiothérapie si cancer évolué ou à nombreux foyers

  • Néo-adjuvante : avant chirurgie
  • Adjuvante : après chirurgie

 

Hormonothérapie permettant d’inhiber l’action des oestrogènes : Tamoxifène pour patiente non ménopausée (antioestrogènes)

 

Herceptine (anticorps anti-hER2) en cas de surexpression du gène HER2

 

 

X. Surveillance

Faire attention au lymphoedème : en cas de mastectomie, mobilité du bras gênée, peau fine, oedème, bras douloureux. Éviter les prises de sang, prise de PA et traumatisme sur le bras mastectomisé.

 

Clinique : tous les trois mois pendant un an, puis tous les 4 mois pendant 4 ans, puis tous les 6 mois

 

Mammographie : tous les six mois pendant 3 ans puis tous les ans

 


Pour résumer ..

 


Télécharger la fiche en pdf           Quizz


Sources: Pathologies et thérapeutiques en soins infirmiers, Kim Quintero Y Perez, 2018, Elsevier Masson / L’indispensable en stage de gynécologie obstétrique, Samuel Salama, 2019, Elsevier Masson / Guide pratique infirmier 6e édition, Perlemuter, 2020, Elsevier Masson / e-cancer.fr /

 

Mis à jour le 28/06/2020