BPCO2019-01-19T23:33:14+02:00

UE 2.8 – Processus obstructifs

Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO)


 

 

I. Définition et physiopathologie

HAS : “La broncho-pneumopathie chronique obstructive est une maladie respiratoire chronique définie par une obstruction permanente et progressive des voies aériennes”.

 

C’est une maladie chronique et lentement progressive dont le diagnostic repose sur les EFR.

En effet, la BPCO se définit par un VEMS < 80% et un rapport VEMS / CV < 70%.

Le VEMS étant le volume expiratoire maximal dans la 1e seconde lors d’une expiration forcée et la CV étant la capacité vitale qui correspond au volume maximal d’air qui peut être mobilisé entre une inspiratoire forcée et une expiration forcée.

 

L’emphysème pulmonaire est associé à la BPCO. Il s’agit de la distension des alvéoles pulmonaires avec destruction des parois alvéolaires.

 

La physiopathologie de la BPCO est la suivante :

– Sécrétion en quantité anormale ou viscosité élevée dans la lumière bronchique

– Oedème de la muqueuse bronchique

– Hyperplasie des muscles lisses bronchiques

– Diminution des forces élastiques des poumons

 

Le tabagisme est la cause la plus fréquente. 

 

Les autres étiologies peuvent être :

– Expositions professionnelles
– Pollution atmosphérique, pollution domestique
– Facteur génétique
– Conditions socio-économiques défavorables

 

Les comorbidités de la BPCO sont les suivantes :

– Ostéoporose

– Hypertension artérielle

– Reflux gastro-oesophagien

– Dépression

–  Infarctus du myocarde

– Insuffisance cardiaque

– Syndrome d’apnée du sommeil

 

 

II. Signes cliniques

Dyspnée d’effort d’installation progressive

Toux chronique avec expectorations

Distension thoracique

Respiration à lèvres pincées

 

On distingue deux formes cliniques :

– Forme A (Pink Puffer) : sujets maigres, rasés, très distendus, essoufflés, non cyanosés et crachant peu

– Forme B (Blue Bloaters) : sujets obèses avec toux et crachats très abondants, cyanose fréquente avec, très tôt des signes d’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP)

 

 

III. Examens complémentaires

Les examens complémentaires sont les suivants :

– Radiographie pulmonaire

– EFR

– Scanner thoracique

– Gaz du sang

– Examen cytobactériologique des crachats (ECBC)

 

 

IV. Classification

La sévérité de la BPCO, comme son diagnostic, repose sur les EFR.

 

Stade I = léger

VEMS / CV < 70%

VEMS > 80%

 

Stade II = modéré

VEMS / CV < 70%

VEMS 50-80%

 

Stade III = sévère

VEMS / CV < 70%

VEMS 30-50%

 

Stade IV = très sévère

VEMS / CV < 70%

VEMS < 30%

ou < 50% et insuffisance respiratoire ou cardiaque droite

 

 

V. Complications et signes de gravité

 

Les complications sont les suivantes : 

– Aggravation de la toux et de l’expectoration

– Aggravation de la dyspnée

– Dyspnée de repos, signes de lutte

– Sifflements dans la poitrine, frein expiratoire

– Oedèmes des membres inférieurs

– Emphysème

– Insuffisance respiratoire chronique

 

Les signes de gravité sont les suivants :

– Cyanose, épuisement respiratoire

– Troubles de la conscience

– Défaillance circulatoire

– Hypoxémie < 50 mmHg, hypercapnie > 60 mmHg, pH < 7,30

 

 

VI. Traitement

Les traitements administrés sont destinés à diminuer les symptômes et le nombre de décompensation. Le sevrage tabagique est d’ailleurs efficace sur les symptômes.

 

Le traitement dépend de la sévérité de la pathologie.

 

Le sevrage tabagique et la vaccination contre la grippe et le pneumocoque (une diminution de la défense au niveau pulmonaire) sont préconisés pour tous.

 

Stade I = bronchodilatateurs de courte durée d’action si besoin d’action rapide (4h) ou prolongée (12h à 24h)

Bêta 2 adrénergiques action rapide = Ventoline®, Bricanyl®
Bêta 2 adrénergiques action prolongée = Sérévent®, Foradil®, Oslif®
Anticholinergiques d’action rapide = Atrovent®
Anticholinergiques d’action prolongée = Spiriva®

 

Stade II = bronchodilatateurs réguliers, réhabilitation

 

Stade III = bronchodilatateurs réguliers, réhabilitation, corticostéroïdes par voie inhalée

Formes combinées bêta 2 adrénergique de longue durée d’action et corticoïdes = Sérétide®, Symbicort®

 

Stade IV = bronchodilatateurs réguliers, réhabilitation, corticoïdes inhalés, oxygène +/- ventilation à domicile, chirurgie d’emphysème très rare

 

 

VII. Evolution

Aggravation de l’état respiratoire = insuffisance respiratoire progressive

 

Exacerbation = recrudescence des symptômes et le plus souvent de l’obstruction bronchique, surinfection bronchique ++

 

Décompensation = rupture de l’équilibre entre charge respiratoire et capacité de compensation, au cours desquelles des mesures d’assistance respiratoire seront nécessaires

 

 


Pour résumer ..

 


Télécharger la fiche en pdf           Quizz


Sources: Guide pratique infirmier, 2017, PERLEMUTER, Elsevier Masson / Cahier des sciences infirmières, processus obstructifs, 2011, Elsevier Masson / Processus physiopathologiques, Sup’Foucher, 2015 / Pathologies et thérapeutiques en soins infirmiers, Kim Quintero Y Perez, 2018, Elsevier Masson

 

Mis à jour le 19/01/2019