Infections urinaires2018-06-23T19:29:04+02:00

UE 2.5 – Processus inflammatoires et infectieux

Infections urinaires


 

 

I. Définition

Les infections urinaires les plus courantes sont les cystites aiguës et les pyélonéphrites aiguës.

 

Cystite = présence de bactéries dans l’appareil urinaire mais n’atteignant pas le parenchyme rénal

 

Pyélonéphrite = infection urinaire atteignant le parenchyme rénal, les cavités pyélocalicielles et les uretères, généralement à partir d’une cystite

 

 

II. Facteurs favorisants

Rapports sexuels, diurèse insuffisante, lithiase urinaire, sténose de l’urètre, hypertrophie bénigne de prostate, reflux vésico-urétéral, ménopause, grossesse, vêtements moulants, constipation, infection génitale, défaut d’hygiène périnéale, pathologie sous-jacente (diabète, prolapsus vésical, incontinence..)

 

 

III. Mécanismes physiopathologiques

Cystite = contamination de l’urètre féminin par un germe intestinal par contact ou extension d’une affection rénale ou génito-urinaire inférieure par l’intermédiaire des voies urinaires

 

Pyélonéphrite = diffusion du micro-organisme par voie sanguine. Lésion des voies urinaires basses causées par le micro-organisme en cas de modification à ce niveau, puis ascension de l’infection qui gagne l’uretère, le bassinet, le calice et le tissu rénal.

 

 

IV. Signes et symptômes

Cystite aiguë = dysurie, pollakiurie, brûlures et douleurs mictionnelles

 

Pyélonéphrite aiguë = fièvre, frissons, douleurs lombaires et/ou abdominales (avec irradiation descendantes vers le pubis) unilatérales, troubles digestifs fréquents (vomissements, diarrhées)

 

 

V. Examens complémentaires

Bandelette urinaire (BU): recherche de leucocytes et de nitrites

ECBU (détermination du germe)

Hémocultures si fièvre et frissons

Bilan biologique et échographie rénale si signe de pyélonéphrite aiguë

 

 

VI. Traitement

Antibiotiques +++

→ Traitement “minute” par Monuril, Uniflox si femme de moins de 65 ans, non enceinte, non diabétique, sans malformation de l’appareil urinaire

→ Traitement de 3 à 7 jours par Bactrim, Noroxine, Oflocet, Ciflox, Oroken, Augmentin

Antalgiques ou AINS

Hydratation de 1L à 1.5L/j (si pas de contre-indication comme la lithiase)

Rappel des règles d’hygiène

 

 

VII. Evolution et complications

L’infection urinaire peut se propager au niveau des reins (pyélonéphrite) ou atteindre la prostate (prostatite)

 

Complications = septicémie, choc septique, abcès rénal, passage à la chronicité, rétention aiguë d’urine, orchi-épididymite

 

Situations à risque de complications

→ Terrain: grossesse, diabétique, immunodépression

→ Anomalies anatomo-fonctionnelles: malformation de l’appareil urinaire, prolapsus, vessie neurologique, insuffisance rénale, polykystose rénale, obstacle urinaire

 

 


Pour résumer ..

 


Télécharger la fiche en pdf           Quizz


Sources: Les essentiels en IFSI, Processus inflammatoires et infectieux, 2010, Elsevier Masson / Mémo infirmier, Processus inflammatoires et infectieux, 2011, Elsevier Masson / Pathologies et thérapeutiques en soins infirmiers, Kim Quintero Y Perez, 2018, Elsevier Masson

 

Mis à jour le 17/06/2018